Démystifier l’automobile de collection | DNA du 26.01.2018

Fabrice Reithofer est délégué régional de la fédération française des véhicules d’époque et président du Retrorencard. Avec ces deux casquettes, il souhaite casser l’image élitiste accolée à l’automobile de collection.

Pas de besoin de dépenser des mille et des cents pour se faire plaisir et être accepté dans le club des collectionneurs automobiles. « Pour 1 000 euros, on peut déjà trouver une belle Citroën et se faire plaisir », souligne Fabrice Reithofer, délégué régional de la fédération française des véhicules d’époque (FFVE) et président de l’association Retrorencard.

Convaincu que l’automobile de collection souffre encore d’une vision élitiste, il souhaite aujourd’hui tout faire pour casser cette image.

Cela passe d’abord par les rendez-vous mensuels organisés à la Meinau, le premier dimanche de chaque mois, par Retrorencard. « Tous les véhicules de plus de trente ans sont les bienvenus, il n’y a rien à payer, aucune adhésion, c’est totalement libre, indique Fabrice Reithofer. On réunit en moyenne entre 200 et 400 voitures, et ça permet aux différents collectionneurs de se rencontrer et d’échanger. C’est ça qui est intéressant dans notre passion, pas de savoir si la voiture vaut 500 ou 500 000 euros. »
Une passion « en plein essor »
Pour faire vivre et rouler ces belles voitures, le Retrorencard participera le 29 avril à la journée nationale du véhicule d’époque, avec une balade à destination du musée militaire de la Wantzenau. 300 voitures sont attendues pour l’occasion. Autre rendez-vous, qui devrait attirer encore plus de monde, un grand pique-nique est prévu début août en partenariat avec le club de pêche de Molsheim.

Avec sa casquette de délégué régional de la FFVE, Fabrice Reithofer défend au quotidien plusieurs dossiers, comme celui de la vignette Crit’Air, que les véhicules d’époque n’auront pas besoin d’afficher. « Ces voitures représentent moins de 1 % du parc automobile, et ne sortent qu’à de très rares occasions », justifie-t-il. L’automobile de collection serait une passion « en plein essor » dans la région, selon Fabrice Reithofer, qui se réjouit que de plus en plus de jeunes et de femmes se joignent au mouvement.

DNA du 26.01.2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *